Articles Tagués ‘confiance’

Benoit Poelvoorde nous explique en deux minutes la difference entre le cinema belge et le cinéma français …

Au-delà de la caricature entre les deux pays, il décrit plutôt assez bien la différence entre une grande et une petite organisation. Dans une petite organisation, le comportement par défaut est la coopération, l’entraide, qui nécessite une hiérarchie plate par définition, sinon l’entraide s’arrêtera au statut de chacun : « un premier assistant ne déplace pas une voiture voyons ! ». Outre le « tous égaux » des petites structures, Benoit Poelvoorde remarque aussi que cet artisanat rime avec pauvreté de moyens, développant le sentiment que chaque contribution est décisive pour la survie du groupe.

(suite…)

Thierry Breton, ancien ministre, ex patron de France Telecom et actuel dirigeant de Atos veut éradiquer les mails internes, coupables d’une pollution de 5 à 20 heures par semaine du temps de ses collaborateurs : 80% du flux de messagerie serait proprement contre productif. Sa volonté est de transvaser les usages bénéfiques de la messagerie interne dans les outils dits de « réseaux sociaux », messagerie instantanée, wikis et autres moteurs de recherche.

Chronique parue dans 01 Informatique – La fin de l’eMail

(suite…)

L’USI 2010 a encore été un grand moment cette année. J’ai eu la chance d’y présenter au format TED (20 minutes) nos retours d’expérience pour des DSI plus performantes et conviviales … C’est ici.

Wikipedia fait un pari inédit. Celui de la confiance. Le système permet à tout utilisateur de contribuer, sans modération ou contrôle a priori. Les fraudes, abus, et maladresses représentent une infime minorité du flux et sont aisément annulés a posteriori par la communauté, grâce au système de version des pages du Wiki. Quelque critique que nous puissions avoir à son encontre, Wikipedia a bel et bien réussi un exploit en créant un actif majeur pour notre civilisation.

Ce pari de la confiance n’est pas celui de l’entreprise pyramidale, départementalisée, où les systèmes d’information sont autant de silos sécurisés et inaccessibles, inhibant toute collaboration entre départements. Ce pari de la maîtrise est certes vertueux pour minimiser les risques sur des données ou des traitements sensibles, mais il devient toxique à s’être généralisé à tout et partout, imposant peu à peu la croyance que tout employé est un fraudeur potentiel …

On parle beaucoup d’entreprise 2.0, de communautés, d’Intranet à la Facebook … Mais le succès de tels réseaux sociaux en entreprise passera donc par une remise en cause profonde de ce système de valeur, qui devra s’accommoder d’une nouvelle vertu, la confiance.

Initialement publié sur la plate-forme du G9+

Découvrez l’histoire d’une banque qui passe ce cap !

L’acronyme « web 2.0 » semble s’être imposé en désignant une réalité au spectre assez large. Le quidam peut légitimement s’interroger sur le rapport entre des technologies améliorant l’interaction homme machine sur internet et des modèles économiques à base de réseaux participatifs. On lui explique qu’il dispose de nouvelles possibilités dans son navigateur internet qui l’aident à « enrichir » son expérience comme par exemple le rafraîchissement automatique de zones de l’écran, l’aide à la saisie, le glisser-déposer. Problème, il s’agit plus d’une redécouverte que d’une réelle innovation : ces techniques sont apparues avec les interfaces fenêtrées dans les années 80…

Chronique parue dans 01 Informatique du 13 avril 2007
(suite…)