Articles Tagués ‘startupdétat’

incub2

Les entrepreneurs sont à l’honneur, l’air ambiant est saturé d’entrepreneuriat, d’incubateurs, de pépinières, de startups .. à tel point que l’on se demande si à 20 ans, il ne vaut pas mieux avoir réussi une levée de fonds de 3000€ sur KissKissBankBank pour financer un pommeau de douche éco-responsable qu’avoir réussi Polytechnique. Il y a 30 ans, le métier le plus glamour était trader, aujourd’hui c’est entrepreneur.

(suite…)

La nécessité d’innover radicalement au service des usagers se répand dans les administrations.

La Direction Générale de Pôle Emploi a décidé de lancer deux startups d’état, pilotées par des agents sélectionnés à la suite d’un challenge innovation.

Leur but ? Résoudre un irritant récurrent subi par les usagers. Les sujets sont encore en cours de définition, et pourront aller du réseau d’entraide de demandeurs d’emploi, au moteur de recherche intelligent à la Netflix, à une base nationale de formations disponible en Open Data …

Vous êtes un développeur aguerri, désireux de travailler en agile, sur une stack Open Source à définir par l’équipe, pour résoudre des problèmes concrets au service des chercheurs d’emploi ? C’est le moment !

Contact : pierre at pezziardi point net. Réponse à partir du 1er mars, démarrage entre 1er avril et 1er mai. Embauche au tarif du marché en CDD de 6 mois.

Je profite de l’édition numérique de l’Obs sur « ces barbares qui veulent débloquer la France » pour offir à ceux concernés par la transition numérique, mais aussi et surtout aux déçus, aux revenus de tout, qui ne savent plus trop quoi faire dans leur entreprise ou dans leur administration pour faire évoluer les choses, une idée cadeau sous la forme d’un trio d’ouvrages qui va éclairer l’incroyable perspective historique et philophique que nous offre ce moment (Michel Serres), les conséquences pour les entreprises et leur nécessaire transformation en « plateformes » (Nicolas Colin, Henri Verdier), et enfin les moyens concrets d’enclencher de tels changements dans les grandes organisations (Pierre Pezziardi).

(suite…)

Le développement de l’infrastructure nécessaire à l’application de la loi Taxi

loi taxi Article 1

Va être réalisé au sein d’une nouvelle startup d’état, pilotée par un chef de produit du Ministère de l’Intérieur et hébergée au Secrétariat Général à la Modernisation Publique (SGMAP).  (suite…)

Comment ont donc été fabriqués dans l’état des outils aussi divers que data.gouv.fr, Marchés Publics Simplifiés, ou mes-aides.gouv.fr ? Saviez-vous qu’il s’agissait toujours d’équipes de 4 personnes et de mise en marché en moins de 6 mois. Etonnant non ?

(suite…)

Il y a un an, nous invoquions la nécessité d’une liberté d’innovation plus radicale pour être en mesure d’offrir des services administratifs réellement innovants et utiles aux citoyens. Un an plus tard, les résultats de ces équipes autonomes sont salués par tous : data.gouv.fr, Marchés Publics Simplifiés, bientôt mesDroits.gouv.fr . L’incubateur d’état va donc poursuivre sa mission en 2015, pour des outils numériques sur les aides publiques, la pénibilité, l’Open Data Taxi, ou encore la fiche de paye simplifiée …

Si vous êtes un très bon développeur informatique, amateur de sensation forte, agiliste, cette annonce est peut-être pour vous…

(suite…)

La libération des données publiques est probablement un des vecteurs de débureaucratisation les plus puissants que l’on puisse imaginer. Elle se heurte cependant à de cyniques obstacles, qui sont néanmoins à notre portée, comme j’en ai témoigné à la conférence de Paris sur l’Open Data et l’Open Government où j’évoque les dynamiques de startup d’état que nous développons depuis maintenant un an, et surtout l’élasticité réglementaire nécessaire à l’épanouissement de l’innovation … (suite…)


C’est sur ces mots célèbres de Pierre-Joseph Proudhon – et repris par Léo Ferré : « l’anarchie, c’est l’ordre sans le pouvoir » – que nous avons eu la chance de présenter notre dernière publication, Pour la croissance, la débureaucratisation par la confiance, lors de l’évènement « 24h, le Progrès, c’est nous ! » organisé par la Fondapol à la mutualité samedi 16 novembre 2013.

J’ai co-rédigé cette note sur mes thèmes favoris : débureaucratisation, ouverture, confiance, simplicité en compagnie de deux fameux compères. Xavier Querat-Hement, aujourd’hui directeur Qualité du groupe La Poste et à l’origine de la profonde mutation des bureaux de poste ces dernières années, et Serge Soudoplatoff, acteur influent de l’économie numérique.

Notre principale fierté est d’avoir résumé le mal d’innovation dont souffraient toutes les grandes structures, publiques ou privées, mais surtout d’avoir décrit une méthode simple, destinée aux dirigeants et aux opérationnels, pour opérer un changement, radical mais sécurisé (oxymore pensez-vous ? et bien lisez !).

Et en images cela donne ceci (longueur : 20 minutes) :

Et si vous n’avez que 10 minutes, la version solo :

Il y a quelques mois, nous invoquions la nécessité d’une liberté d’innovation plus radicale pour être en mesure d’offrir des services administratifs réellement innovants et utiles aux citoyens. Et bien, bonne nouvelle, l’état a décidé d’essayer !

Si vous êtes un très bon développeur informatique, amateur de sensation forte, agiliste, cette annonce est peut-être pour vous…

(suite…)

Le 5 mars 2013, Fleur Pellerin, Ministre chargée de l’Economie Numérique déclarait :

Nous allons créer à Paris ou en proche banlieue un lieu qui sera l’étendard du numérique de la France. Ce pourrait être la Halle Freyssinet, dans le XIIIe arrondissement. C’est l’hypothèse la plus sérieuse parmi les implantations étudiées. Grande de 25 000m² au sol, cette halle pourrait ainsi accueillir « jusqu’à 1 000 start-up » et devenir une vitrine du numérique français … Cet endroit doit être une vitrine internationale, un des grands incubateurs de classe mondiale.

Ma foi pourquoi pas. En même temps il est légitime de s’intéresser aux endroits où un afflux d’innovation serait le plus souhaitable, et s’interroger – selon le fameux adage “eat your own dog food” (“mangez les produits que vous vendez”) – si l’administration Française ne pourrait pas être le principal destinataire de cette mesure … (suite…)