Faire démocratie ?

Bâtisseurs de cathédrale

La défiance est partout. L’individualisme, le désespoir et la colère ont saisi le peuple français. Beaucoup ne cherchent plus de solutions, mais simplement des coupables. Ringardisés, le théâtre et les acteurs de la Ve république produisent un spectacle désuet qui désespère une foule abstentionniste de plus en plus large.

Mais tels des acteurs zombies, les candidats à la présidentielle endossent à nouveau le costume de l’être providentiel, armé des solutions simples aux maux complexes d’une population dont la future déception devant l’absence de miracle provoquera un nouvel accès de défiance.

Pourtant cette tragédie n’est pas déterminée. Une autre voix peut être entendue. Celle d’un candidat ou d’une candidate qui nous dira :… et puis, je ne possède pas la solution à tout, il y a dans ce pays des sujets qui nous fracturent depuis des décennies, et qui n’avancent plus : retraite universelle, revenu de base, transition écologique, légalisation du cannabis, échec scolaire, déserts médicaux, poids de la bureaucratie… Sur ces sujets, peu croient encore en l’action publique, paralysée depuis trop longtemps dans sa recherche de LA solution. Mais nous pouvons et nous allons désormais agir différemment. Nous allons permettre à des agents publics et des citoyens d’expérimenter des politiques publiques sur des périmètres plus réduits – et donc dans des temporalités plus réduites – en réunissant des “conventions citoyennes opérationnelles” autour de projets politiques concrets, qui nourriront des débats fructueux et alimenteront un nouvel espoir dans la société en passant progressivement à l’échelle nationale.

En s’appuyant sur l’expérience réussie des Startups d’État de l’incubateur beta.gouv.fr, nous décrivons la mise en œuvre d’un incubateur de politiques publiques participatives susceptible de revivifier notre système démocratique. Cette méthode qui transfère du pouvoir vers les “faiseurs” est également un puissant recours pour les grandes organisations publiques comme privées rongées par la bureaucratisation, le désengagement et les bullshit jobs.

Rien de grand ne naît grand, ni les chênes, ni les fleuves, ni les royaumes, ni les hommes de génie.

Talleyrand

Des extraits de ce texte en 4 chapitres sont issus de l’ouvrage collectif « Numérique, action publique et démocratie » paru aux éditions PURH, “La transition numérique est une réforme du management”, par Ivan Collombet et Pierre Pezziardi, avec leur aimable autorisation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :