Codeur, pas maçon

Publié: 12 mai 2005 dans DSI
Tags:, , , ,

Architecture, urbanisme, ouvriers du code .. la métaphore du BTP dans le monde informatique n’a rien produit d’autre que de faux clichés inspirés de Le Corbusier (rectitude des frontières, urbanisme glacial …) ou propres à délocaliser des populations entières « d’ouvriers ». Or on ne construit pas des logiciels comme on construit des maisons. En BTP, tous les acteurs d’un projet sont unis par un lien invisible qui procède de leur compréhension uniforme de la finalité de ce qu’ils bâtissent, cette finalité étant stable dans le temps : vivre au chaud, optionnellement à la lumière ou protégé du bruit. Chronique parue dans Le Monde Informatique du 13 mai 2005

Dans le logiciel, ce cœur n’est pas forcément partagé, et bouge énormément. Vous imaginiez des ouvriers travaillant sur des plans univoques ? Observez plutôt des écrivains guidés par le scénario général d’un metteur en scène (l’architecte). Vous pensiez rentrer dans votre appartement au départ des peintres ? Retournez plutôt le sablier de la construction et patientez pendant qu’on teste votre duplex pour une durée équivalente.

Mais le mythe du cahier des charges a la dent dure, l’écrit semble tellement « vrai » et univoque. Or il n’a ni l’une ni l’autre de ces propriétés, les fiascos récurrents de notre industrie sont là pour nous le rappeler. Si la conception générale est un art complexe qu’il convient d’aborder de manière itérative, la conception détaillée est clairement un art vain. Car seul ce qui permet de minimiser l’effort futur de modification du code produit de la valeur. Les méthodes inspirées de CMM[1] alimentent une bureaucratie en documents à la valeur ajoutée très volatile, aisément déplaçable dans le code. Une batterie de tests opérationnels et du code commenté constituent une assurance bien supérieure au papier, qui n’est jamais utilisé dans la maintenance.

La surface de nos logiciels ne cesse de croître, et, qu’on le veuille ou non, les fonctionnalités qu’ils proposent s’imbriquent copieusement. Et c’est bien ainsi, un logiciel qui ne verrait pas toutes ses parties fortement couplées à un cœur [2] ne serait qu’un tas de code informe, donc faiblement maintenable. Toutes ces fonctionnalités imbriquées doivent être retestées, avec un contexte toujours plus riche. Sur ces phases aval, nous avons peu investi. Je ne parle pas de logiciel miracle, mais d’investissement réel de toutes les forces opérationnelles, c’est-à-dire de développement piloté par les tests. Du code réutilisable pour tester le code représente le principal gisement de productivité dans la maintenance, et se matérialisera par la réduction sensible des phases d’homologation, synonyme de capacité de production en cycles courts.

Hier l’informaticien était majoritairement mono-valent, tout à son affaire informatique et sa complexité. Aujourd’hui les bons ingénieurs expérimentés sont largement bivalents, ouverts au métier : ce sont les effets naturels de nos gains de productivité. Or les organisations n’ont pas évolué. Elles ont même amplifié les cloisonnements et la bureaucratie autour des logiciels. Ces opérationnels accomplis sont malheureux et improductifs dans des structures où la ligne de spécification précède la ligne de code. La noblesse des métiers opérationnels de l’informatique n’a pas inspiré les gestionnaires du SI, embués par une vision statique hérité du BTP, ils les imaginent encore à l’usine … donc déjà très loin.

[1] Capacity Maturity Model : certification du processus logiciel très orienté « ISO » privilégiant la traçabilité par la documentation externe.
[2] Le cœur constitue la structure la plus reproduite dans le logiciel, par exemple une grappe d’objets fondatrice, une implantation systématique de traitements (sécurité, collecte d’informations, validation, trace, diffusion).

Publicités
commentaires
  1. […] … La noblesse des métiers opérationnels de l’informatique n’a pas inspiré les gestionnaires du SI, embués par une vision statique hérité du BTP, ils les imaginent encore à l’usine … donc déjà trè…  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s